Hiver : cheval tondu ou pas tondu ?

 

 

C’est la question qui revient tous les hivers : est-ce qu’on tond le cheval ? Certains vous diront « oui tond le ! » comme d’autres vous diront « ne le tond pas ! ». Cette pratique fait débat dans les écuries, c’est pourquoi il nous a paru essentiel en ce début d’hiver de traiter ce sujet. 

** Cet article n’a pas pour but de promouvoir le fait de tondre un cheval ou pas, nous mesurons et communiquons les informations qui vous permettront de faire votre choix en fonction de votre équitation car tondre un cheval ne doit pas avoir comme but le rendu esthétique **

 

A quoi sert le poil d’hiver du cheval  ?

Lorsque les températures se rafraîchissent à la fin de l’été et pendant l’automne, le cheval change peu à peu son poil pour finir tel un véritable nounours. C’est le poil d’hiver, un poil plus long et plus épais que celui que le cheval a en été.

Le poil d’hiver constitue une barrière naturelle isolante du froid et de l’humidité. Lorsque le cheval à froid, il dresse son poil. Une fine couche d’air se forme à la surface de sa peau et lui permet de supporter des températures très basses.

Etant plus épais, ce poil d’hiver tient très chaud au cheval. Il va alors le faire transpirer lorsqu’il va être mis à l’effort. Et comme il est plus épais, il met beaucoup plus de temps à sécher que le poil court d’été. Cela peut être problématique pour le cheval qui risque le coup de froid. Si on ne l’aide pas, le cheval doit marcher plusieurs heures pour sécher complètement…

Vous l’aurez donc compris, un cheval qui travaille peu (ou peu intensément) n’aura aucune raison pour ne pas garder son poil d’hiver puisqu’il n’est pas assez mis à l’effort pour transpirer. Il est aussi important de souligner que certains chevaux (souvent les purs sang) font peut de poil l’hiver.

En revanche, si vous montez un cheval qui a un bon et beau poil d’hiver et que celui-ci transpire après votre séance (ou ballade), vous ne devez en aucun cas le remettre dans son boxe ou au paddock sans l’avoir séché. 

 

Pourquoi tondre un cheval ?

Vous l’aurez compris, si on tond les chevaux, c’est pour éviter la transpiration, le poil mouillé et les coups de froid. Bien entendu cette pratique ne s’adresse qu’aux chevaux ayant un entrainement régulier voir intensif ! 

Tondre un cheval n’a donc rien à voir avec le rendu esthétique. Cependant, tondre un cheval c’est également le priver de sa barrière naturelle contre le froid. Il faut donc impérativement le couvrir pour qu’il n’ait pas froid (et qu’il tombe malade). 

 

Les différents types de tontes

Il existe différents types de tontes. Chaque tonte correspond à un usage bien particulier. Encore une fois : il ne s’agit pas d’un rendu esthétique.

Voici les différentes manières de tondre un cheval :

Ces différentes tontes permettent d’empêcher la transpiration sur les zones du cheval qui y sont le plus sujettes (le poitrail étant généralement la première zone à transpirer lors d’un effort). La tonte doit donc être adaptée à l’activité physique du cheval.

Ainsi, un cheval qui travaille « peu » mais qui a tendance à transpirer aura une tonte light ou une tonte tablier. Un cheval qui travaille beaucoup et de manière intensive aura une tonte de chasse ou une tonte totale.

Attention ! Si votre cheval vit en paddock, il est fortement déconseillé de le tondre intégralement pour ces deux raisons : 

  • la tondeuse peut faire des micro coupures sur les membres, invisibles à l’œil, mais qui risqueraient de s’infecter à cause de la boue du paddock
  • d’une manière plus générale, les poils sont une protection naturelle contre la boue et le froid 

 

Les avantages d’un cheval tondu

Le principal avantage de tondre un cheval est qu’il ne transpirera pas pendant le travail. Vous n’aurez pas à attendre qu’il sèche avant de le rentrer à son boxe ou au paddock et il ne risquera pas le coup de froid (s’il est correctement couvert).

Vous passerez également moins de temps à brosser puisque la couverture protégera le cheval de la boue. Ce n’est bien sûr pas le but premier mais il faut avouer que c’est un sacré avantage qui fait gagner du temps… 

 

Les inconvénients d’un cheval tondu

Un cheval tondu doit OBLIGATOIREMENT être couvert. Et ce, tout le long de l’hiver, peu importe le type de tonte qu’il a. Le cheval ne doit en aucun cas avoir froid mais il ne doit pas non plus avoir trop chaud. Là est la difficulté de la gestion des couvertures

Si vous souhaitez tondre votre cheval, vous devez également être correctement équipé en couvertures afin de lui apporter le bon apport en chaleur tout le long de l’hiver. 

Exemple d’une couverture d’écurie Equitheme en vente sur Equiswap (Cliquez sur l’image)

 

Quand tondre un cheval ?

Il est recommandé d’attendre que le cheval ait fait son poil d’hiver pour le tondre. Cela dépend des chevaux, certains font plus de poils que d’autres. La tonte démarre en général entre début novembre et mi-décembre. Au plus vous attendez, au moins vous aurez à re tondre vers mars / avril. 

 

Eviter la transpiration sans tondre le cheval 

Vous l’avez compris, tondre un cheval n’est pas une mince affaire, cela demande de la rigueur dans les gestions des couvertures. C’est pourquoi nous voulions vous parler d’une alternative plus simple à gérer. 

L’enjeu durant l’hiver est d’éviter que le cheval transpire. A défaut de le tondre vous pouvez l’empêcher de faire son poil d’hiver en le couvrant progressivement durant l’autonome avec une couverture fine. 

Le cheval gardera alors un poil court et transpirera moins (voir pas du tout) durant ses séances de travail. Bien entendu, comme le cheval n’a pas son poil d’hiver il doit être couvert. Mais la gestion des couvertures sera beaucoup plus simple que celle d’un cheval tondu ! 

Exemple d’une couverture d’extérieur JMR Pro en vente sur Equiswap (Cliquez sur l’image)

 

Alors, on tond ou on tond pas le cheval ?

En réalité, personne ne peut répondre « oui » ou « non » à cette question. Cela dépend vraiment du cheval, de son activité physique, de son cavalier et de l’écurie dans laquelle il est (certaines gèrent les couvertures, d’autres pas). 

Si un cheval travaille peu, il serait bête de le priver de ses poils. En revanche s’il travaille beaucoup et qu’il a tendance à transpirer, il risque le coup de froid. 

Si vous désirez tondre un cheval, vous devez bien prendre en compte tout ce que cela implique : être équipé avec les bonnes couvertures, les gérer parfaitement et surveiller que le cheval n’ait ni trop chaud ni froid. 

 


Vous recherchez une couverture à petit prix ? Aller faire un tour sur notre vide sellerie en ligne sécurisé : 

Vide sellerie

 

Crédit photo image de couverture : Padd 


Nos articles vous plaisent ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir chaque semaine un résumé de nos meilleurs conseils, trucs et astuces :

 

 

equiswap.com

Equiswap est un vide sellerie en ligne sécurisé et une réserve de bons plans équestres !

Laisser un commentaire